Je participe
au FORUM
Je publie
un ARTICLE
Vous êtes : Accueil / Côté Parents > En Famille > Père non biologique : comment trouver sa place ?
Lundi 22 septembre 2014

Père non biologique : comment trouver sa place ?

Confrontés à des problèmes de stérilité, de nombreux couples ont recours à une aide scientifique pour concevoir un bébé. Comment l'homme vit-il sa paternité lorsqu'il n'est pas le père biologique de son enfant ?

Stérilité masculine, un sentiment d’échec

père non biologique 3
Être reconnu stérile est pour l'homme un choc d'autant plus important qu'il n'y est souvent pas du tout préparé. S'il n'a pas souffert de maladies graves dans sa jeunesse (tuberculose, maladie infectieuse), il imagine difficilement ne pas pouvoir procréer.

L'annonce est de plus brutale : contrairement à la stérilité féminine, révélée après de longs examens, la stérilité masculine est annoncée très rapidement par un simple spermogramme, et sans recours possible. Vécue comme un échec, comme une honte, la stérilité est surtout pour les hommes une grande injustice : pourquoi moi ? Qu'ai-je fait ? Il n'y a évidemment pas de réponse à ces questions.

Fécondité masculine : quand se construit l’image du père

En plus de la joie que cela lui apporte, devenir père est pour un homme une question de fierté. Le désir d'avoir un enfant n'est pas dénué d'un soupçon de narcissique de se prolonger, d'engendrer lui-même sa propre descendance. A l'image de son propre père, il est capable de faire des enfants à la femme qu'il aime et acquiert ainsi sa toute puissance paternelle.

Ne pas y parvenir est donc vécu comme une humiliation qui remet en cause sa virilité et son statut au milieu des autres hommes. L'homme peut rencontrer des difficultés à se sentir père avec un enfant qu'il n'a pas engendré, à qui il n'a pas transmis son sang. Ne trouvant pas sa place au sein de la famille, se jugeant incapable donc inutile, certains préfèrent quitter le domicile familial.

Père stérile : Avoir un enfant malgré tout

Avant d'entamer une démarche, qu'il s'agisse d'une adoption ou d'une aide scientifique, il convient donc de dépasser ce sentiment d'échec que ressent forcément l'homme. L'arrivée d'un enfant ne doit pas lui rappeler en permanence son « échec ». La stérilité n'a au final aucun rapport avec la virilité, et un bon père ne commence pas toujours, comme dit Dutronc, par « en avoir une bonne paire ».

Article de Nicolas Sykas

CRÉÉ LE 23 JUIN 2009

MODIFIÉ LE 03 DÉCEMBRE 2009

Noter cet article

Commenter cet article
Ils ont déjà donné leur avis (1)
vinz a posté le Jeudi 5 août 2010 à 13:42
« Très bel article , merci »
SONDAGE

Pour ou contre la publicité dans les programmes jeunesse?

  • Pour
  • Contre
  • Sans opinion
4392 votants
mp4-fb
côté famille sur facebook côté famille sur twitter
Côté Famille 2009 - Mentions légales - Plan du site - Annoncer sur le site - Liens - Contact
Création de site Internet : GoldenMarket -