Je participe
au FORUM
Je publie
un ARTICLE
Vous êtes : Accueil / Côté Parents > En Famille > Père non biologique : comment trouver sa place ?
Samedi 22 novembre 2014

Père non biologique : comment trouver sa place ?

L’insémination par Donneur Externe

père non biologique 2
En pratique depuis plus de 30 ans, la technique d'IAD (insémination par donneur externe) consiste à féconder la femme avec le sperme d'un donneur externe. Souvent utilisée dans les couples où l'homme seul est stérile, cette solution pose des questions psychologiques.

Se sentant déjà responsable de la situation, donc diminué, l'homme l'est encore plus durant le processus qu'il fait involontairement endurer à sa compagne. L'homme n'étant plus en jeu, la femme devient l'unique patiente des docteurs : même si elle a clairement besoin de lui, l'homme peut se sentir exclu, étranger à la grossesse.

Certains pères n'arrivent pas à accepter de voir leur femme fécondée par un autre et se désintéressent, même inconsciemment, de la grossesse. Un nouveau trio se crée entre la femme, le bébé et le donneur : le « futur papa » ne trouve pas sa place.

Père IAD et biologique

Absent et pourtant étrangement présent, le donneur devient objet de jalousie. Pourquoi lui a-t-il réussi et moi non ? Une fois encore, le futur père se retrouve en position d'échec. Son autorité, sa capacité à être père lui semblent fragilisées.

La nature du donneur est une angoisse : à quoi, à qui l'enfant va-t-il ressembler ? En France, malgré le débat que soulève la question, l'anonymat du donneur est encore une obligation. En pratique, les médecins sélectionnent un donneur physiquement proche du futur père de façon à minimiser les inéluctables différences.

Difficile pour un père d'appuyer son identité, de devenir papa tout en se sentant (et en étant physiquement) complètement étranger au processus. Pour l'intégrer à la grossesse, le plus efficace est encore de se comporter avec lui comme avec tous les autres pères : le faire participer aux réunions prénatales, parler au bébé, ...

Le sujet, difficile à évoquer, ne doit pas être tabou, devenant ainsi honteux, caché, dissimulé, et encore plus dur à assumer.

Article de Nicolas Sykas

CRÉÉ LE 23 JUIN 2009

MODIFIÉ LE 03 DÉCEMBRE 2009

Noter cet article

Commenter cet article
Ils ont déjà donné leur avis (1)
vinz a posté le Jeudi 5 août 2010 à 13:42
« Très bel article , merci »
SONDAGE

Pour ou contre la publicité dans les programmes jeunesse?

  • Pour
  • Contre
  • Sans opinion
4714 votants
mp4-fb
côté famille sur facebook côté famille sur twitter
Côté Famille 2009 - Mentions légales - Plan du site - Annoncer sur le site - Liens - Contact
Création de site Internet : GoldenMarket -