Je participe
au FORUM
Je publie
un ARTICLE
Vous êtes : Accueil / Ma Grossesse > Santé / alimentation > Allaiter et être enceinte
Dimanche 26 octobre 2014

Allaiter et être enceinte

Douleur et malaise, les vrais freins à l’allaitement pendant la grossesse

HS6-P38-Allaiterpendantlagrossesse-iStock 000005422306Small

« En fait, les vrais problèmes de l’allaitement pendant la grossesse sont dus aux sensations physiques et aux sentiments que la poursuite de l’allaitement va susciter chez la mère. La première de ces sensations, et l’une des plus courantes, c’est une sensibilité accrue des mamelons, pouvant aller jusqu’à une douleur intolérable » explique C. Didierjean-Jouveau.

 

Cécile, maman de Milo, confirme : « Au début, j’ai eu l’impression de retourner aux premiers temps de l’allaitement, c’était terrible ! Heureusement cela ne dure pas. Aujourd’hui je suis enceinte deux mois et demi et c’est quasi fini, même si le sein droit est toujours un peu plus sensible que gauche ». La douleur peut être rédhibitoire à l’allaitement, or il n’y a rien à faire pour soulager la mère car l’hyper sensibilité est liée à l’afflux d’hormones engendré par la grossesse

 

L’impatience est également au programme. Vous qui aviez jusqu’alors pris tant de plaisir à allaiter, il est possible que vous vous retrouviez énervée pendant les tétées, voire stressée. Karine, maman de Clothilde et d’Emile, raconte ainsi : « Vers six mois de grossesse je ne supportais plus les tétées de ma grande (26 mois), alors nous avons arrêté. Mais en rentrant de la maternité, je lui ai proposé à nouveau le sein : co-allaiter m’a permis de pallier la frustration de Clothilde de me voir m’occuper de son petit frère, tout en continuant à lui donner des éléments importants pour sa croissance ».

 

A l’arrivée, certaines femmes enceintes capituleront face aux tétées douloureuses. D’autres n’auront pas mal, mais ressentiront malaise ou irritation. D’autres encore vivront l’aventure sans aucun désagrément, et enchaîneront ensuite avec un co-allaitement. Tout est possible, mais vous ne le saurez qu’en tentant le coup !

 

 

Allaiter enceinte : le point de vue du psy

Allaiter pendant la grossesse, éventuellement co-allaiter, comment se décider ? Cela aura-t-il des conséquences sur les enfants ? Le point de vue d’Anne Bacus, docteur en psychologie, auteur du Guide des mamans débutantes et de Votre enfant de la naissance à 3 ans (Marabout).
ALLAITEMENT-2

« Pour moi, il n’y a pas de lien a priori entre le fait d’allaiter un enfant pendant la grossesse et les rapports qu’auront ensuite les deux enfants. Si un bébé de quelques mois peut avoir conscience de la grossesse de sa mère (en tout cas qu’il se passe quelque chose), il ne peut pas se représenter ce que signifie l’arrivée d’un frère ou d’une sœur.

 

Par contre, le fait de tomber enceinte d’un enfant alors qu’on a encore un tout petit bébé pose question. Continuer à allaiter ou non fait partie du questionnement, mais ce n’est pas le plus important. Ce qui se joue ici est à l’intérieur et non à l’extérieur : ce n’est pas tant d’allaiter ou pas qui compte, que la place que la mère va donner à chaque enfant.

 

Il n’est pas toujours évident de s’impliquer dans une nouvelle grossesse quand on n’a pas encore fini l’étape « mère de bébé » avec le premier. Souvent, le deuxième enfant très rapproché n’a pas été désiré, en tout cas pas si vite. Quelle résonnance cela aura-t-il sur la relation avec la mère et le reste de la famille ? On peut aussi avoir peur de « lâcher » l’aîné… Pour répondre à ces questions fondamentales sur la place des uns et des autres, je conseille d’aller échanger avec un psychologue une fois ou deux. Réfléchir seul est difficile, et les proches peuvent être trop partisans.

 

Enfin je trouve important pour les mamans concernées d’aller rencontrer d’autres mères qui se sont retrouvées face aux mêmes questions. C’est à partir de leurs expériences différentes, de leurs choix différents qu’on élaborera son propre chemin. Mais que les mères se rassurent : quoi qu’elles choisissent (allaiter ou non, co-allaiter ou non) elles seront toujours « nourriture » pour leurs enfants, et que ce soit uniquement symbolique n’est pas moins fort. »

 

Article de Gaëlle Desportes

CRÉÉ LE 28 SEPTEMBRE 2009

MODIFIÉ LE 22 OCTOBRE 2009

Noter cet article

Commenter cet article
Ils ont déjà donné leur avis (2)
kpa a posté le Vendredi 20 juin 2014 à 14:33
« Merci pour cet article, c'est ce que je cherchais à savoir surtout la toute dernière partie. »
CHRISTELLE a posté le Jeudi 22 octobre 2009 à 23:10
« Enfin un article qui traite de ce sujet... !
j'ai moi même allaité pendant ma grossesse mon bambin de deux ans. Tout s'est bien passé et je coallaite depuis. Je voudrais juste apporter mon témoignage : pour ma part j'ai très bien pu allaiter pendant ma grossesse sans contractions ni irritation ni impatience. Au contraire je pense que le fait que j'allaite a permis à mon grand d'accepter l'arrivée de son frère au mieux. Dans mon cas personnel, c'est depuis que mon deuxième est arrivé que je ressens le besoin de sevrer mon grand. Ce que je fais avec patience jusqu' à ce qu'il accepte le sevrage. Ce ne sont pas des situations évidentes mais surtout ne cédez pas aux pressions sociales et faites comme vous le ressentez ! Le lait maternel est le meilleur lait pour nos enfants et cela pas seulement 6 mois ! L'Oms le préconise en complément de la diversification jusqu'à au moins 2 ans et plus... ce message est bien souvent tronqué et détourné dans nos médias et la majorité pense que c'est jusqu'à 6 mois... mais non 6 mois c'est juste culturel... Consultez le site de la leche league... c'est une source inépuisable de conseils bien précieux. »
SONDAGE

Pour ou contre la publicité dans les programmes jeunesse?

  • Pour
  • Contre
  • Sans opinion
4590 votants
mp4-fb
côté famille sur facebook côté famille sur twitter
Côté Famille 2009 - Mentions légales - Plan du site - Annoncer sur le site - Liens - Contact
Création de site Internet : GoldenMarket -